标签

8 bits (16) Abstract Hip Hop (477) Acid jazz (55) Afrobeat (57) Alternative (552) Alternative Fusion (302) Alternative Rock (271) Ambient (237) Avant Garde (2) Blues (200) Chillout (12) Classique (4) concert (202) Dancehall (32) DJ (79) Downtempo (252) Drum and Bass (29) dub (154) Electro (531) Electro Dub (219) Electro Rock (26) Electronic (179) EP (30) Ethiopiques (14) Experimental (236) Flamenco (15) Folk (180) Funk (238) Glitch (25) Gospel (3) Groove (40) Hard Rock (36) Heavy Metal (2) Heavy Trash (10) Hip Hop (184) IDM (60) Indie (101) Instrumental (158) Jazz (241) live (216) Lizz Fields (2) Lounge (39) Minimalist (16) Mix (47) Mod-folk (2) New Jazz (54) Nu-Classic (4) Nu-Jazz (116) Nu-Soul (100) Oi (4) Other (2) Piano (30) podcast (8) Pop (43) Pop Folk (18) Pop Rock (12) Post Punk (5) Post Rock (31) Psychedelic (138) Punk (86) Ragga (44) Rap (103) Rap Fusion (95) Reggae (480) Remix (49) RnB (12) Rock (119) Rumba (18) Salsa (10) Ska (84) Slam (4) Smooth Jazz (4) Soukous (4) Soul (216) Sufi (2) Trip Hop (296) Trip Pop (8) Vocal (18) World (458)

2012年8月15日星期三

Hollie Cook aux Vieilles Charrues

http://b.vimeocdn.com/ts/325/666/325666439_640.jpg

http://holliecook.com





Origine du Groupe : U.K

Style : Reggae

Sortie : 2012

Durée 01:01:34

hd dvd rw

red_white_pearl_icon_004.png



Par http://liveweb.arte.tv



Quoiqu’elle ait chanté les chœurs dans les Slits, Hollie Cook n’a rien d’une « typical girl ». A l’âge où ses semblables écoutent des comptines sur un lecteur Fischer Price, la petite Hollie
assiste aux répétitions de Culture Club, le groupe de sa mère, tandis que papa Paul Cook – batteur des – l’initie au rock. A l’adolescence, au lieu d’user ses pantalons sur les bancs de l’école
d’art, la Londonienne part en tournée aux côtés d’Ari Up, la regréttée égérie punk aux longues dreads-locks, qui lui fait découvrir le chant.



Mais marcher dans les pas de son père en jouant sur des guitares crasseuses serait trop facile, aussi Hollie Cook va chercher d’autres racines musicales du côté du rocksteady, du ska et du dub.
Sur son premier album paru en 2011, elle remet au goût du jour le reggae old-school – dont elle invite les figures de proue George Dekker (The Pioneers) et Dennis Bovell – en mêlant aux orgues et
au skank des éléments plus pop (piano, chant éthéré), le tout étant relevé par la production très contemporaine de Prince Fatty. Un mélange qu’elle qualifie elle-même de « tropical pop » –
adjectif qui devrait convaincre les festivaliers en manque de soleil.

没有评论:

发表评论